Les différentes situations de handicap

La loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 définit le handicap de la façon suivante :

« Constitue un Handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

Le Polyhandicap et le Plurihandicap

Le polyhandicap est un handicap multiple, dans lequel les déficiences mentales et motrices sont associées à la même cause, entraînant une restriction grave de l’autonomie. Le plurihandicap, lui, résulte de l’association de plusieurs atteintes motrices et/ou sensorielles de même degré, ne permettant pas de définir l’une ou l’autre comme la déficience principale. Par exemple : la surdi-cécité (sourds-aveugles).

Le Handicap Moteur

Également nommé déficience motrice, il recouvre l’ensemble des troubles entraînant une atteinte partielle ou totale de la motricité. Ses causes peuvent être multiples : maladie acquise ou génétique, malformation congénitale, accident, vieillissement… En France, environ 850 000 personnes sont atteintes de troubles moteurs isolés et 2,2 millions d’un trouble moteur associé à d’autres déficiences.

Le Handicap Cognitif

Il résulte de la déficience de fonctions cérébrales telles que la mémoire, le langage ou le raisonnement. Handicap cognitif d’origine neurobiologique figurant parmi les Troubles Envahissants du Développement, l’autisme en est le plus courant exemple. On estime le nombre d’autistes en France entre 60 000 et 120 000 personnes, avec une proportion de 3 ou 4 garçons pour une fille.  De nombreuses difficultés présentées par les enfants ou les adultes atteints de troubles cognitifs peuvent être réduites par des apprentissages spécifiques et un accompagnement.

Le Handicap Sensoriel 

Le handicap sensoriel résulte de l’atteinte d’un ou plusieurs sens. Il se caractérise majoritairement par des incapacités issues d’une déficience auditive ou visuelle. Ce type de handicap entraîne, presque automatiquement, des difficultés de communication et d’intégration sociale de la personne.

Le Handicap Visuel

Le handicap visuel concerne les personnes atteintes de cécité ou de malvoyance et peut être provoqué par des maladies ou être héréditaire. En France, on estime à 1,7 million le nombre de handicapés visuels, dont plus de 300 000 malvoyants profonds ou aveugles.

Le Handicap Auditif

Autre handicap sensoriel, le handicap auditif est caractérisé par une perte totale ou partielle du sens de l’ouïe. Il peut être présent dès la naissance ou survenir plus tard et ses causes peuvent être génétiques, virales, parasitaires, consécutives à une maladie… Il touche plus de 4 millions de personnes en France.

Le Handicap Mental

Également nommé déficience motrice, il recouvre l’ensemble des troubles entraînant une atteinte partielle ou totale de la motricité. Ses causes peuvent être multiples : maladie acquise ou génétique, malformation congénitale, accident, vieillissement… En France, environ 850 000 personnes sont atteintes de troubles moteurs isolés et 2,2 millions d’un trouble moteur associé à d’autres déficiences.

Le Handicap Psychique

Aujourd’hui différencié du handicap mental, il s’en distingue car, contrairement à ce dernier, sa cause en demeure inconnue. Autre différence : il apparaît dans l’enfance ou à l’âge adulte alors que le handicap mental apparaît souvent à la naissance. Dans le handicap psychique, les capacités intellectuelles sont indemnes – et peuvent évoluer favorablement – ; c’est leur utilisation qui est déficiente. Ce handicap est la conséquence de maladies diverses : psychoses (ex : la schizophrénie), troubles bipolaires, troubles de la personnalité, troubles névrotiques, etc.

Autres et le trouble de santé invalidant   

A ces différentes catégories de handicaps, il convient d’ajouter les maladies dégénératives et/ou invalidantes (myopathie, sclérose en plaques, Alzheimer, diabète, hypertension…).

Certaines maladies (sclérose en plaques, cancer, VIH, diabète, hyperthyroïdie…) entraînent des déficiences ou des contraintes plus ou moins importantes qui peuvent être momentanées, permanentes ou évolutives. La fatigue induite par la maladie et/ou son traitement devra également être prise en compte.
Contrairement aux différentes déficiences évoquées précédemment, liées à l’altération d’une fonction (motrice, sensorielle, mentale…) ces maladies impliquent souvent, principalement pour des raisons liées à la fatigue, une activité réduite, en termes de charge de travail ou de durée.
Ces troubles et leurs conséquences sont trop diversifiés pour pouvoir être détaillés.

Qu’est-ce que le handicap ?

F